« Je me souviens ainsi de débats sans fin, souvent arrosés, avec des amis, sur la nature exacte d’André Breton, pur génie ou personnage juste très intelligent. Avec l’arrogance de mes 16 ans, sans gros bagage littéraire, j’ai sans doute dû dire tout et son contraire avant de commencer à tracer ma propre voie. » Björk se souvient des longs moments passés dans les bars et les cafés.

Née le 21 novembre 1965 à Reykjavik, Björk Gudmundsdottir connaît une enfance bohème. Elle apparaît sur la scène internationale avec le groupe islandais Sugarcubes. Ils font trois albums, puis la chanteuse reprend sa liberté, entérinée par un premier disque solo, Debut (août 1993). Depuis, une série de projets artistiques sophistiqués ont fait d’elle une star pop planétaire à la fois accessible et pointue. Aussi à l’aise dans le dépouillement vocal que dans les diaprures symphoniques et électroniques, elle remplit les plus grandes salles du monde, joue constamment sur son image dans des vidéos arty et s’offre une palme d’or à Cannes pour son rôle dans Dancer in the Dark de Lars von Trier.

 

Laisser un commentaire